Du vernis à ongle au coup de poing: las Sirenas Incaicas vous parlent de la lutte contre l’inégalité des femmes

Du vernis à ongle au coup de poing: las Sirenas Incaicas vous parlent de la lutte contre l’inégalité des femmes

Hola amigos,

La saga sur la collection de vernis OPI x Peru vient de prendre fin dans notre rubrique « las citas (les rendez-vous) des Sirenas Incaicas », et si nous ne sommes pas peu fières de notre travail sur les teintes de la collection ( dont 10 sur 12 font l’objet d’un article détaillé auxquels s’ajoute l’article introductif « Le Pérou jusqu’au bout des ongles » http://sirenas-incaicas.com/index.php/2018/08/13/le-perou-jusquau-bout-des-ongles-avec-opi-collection-automne-hiver-2018-lintro/), nous terminons cette parenthèse colorée et enchantée par un message qui nous tient terriblement à cœur: la condition de la femme au Pérou.
Résultat de recherche d'images pour "nina peruana"
Ici, c’est avec un coup de poing enragé que nous voulons frapper et dénoncer une réalité inacceptable et faire la transition entre émerveillement et lucidité: du vernis à ongles au coup de poing symbolique.
Inspirées par le travail de Pénélope Bagieu avec ses Culottées (bande-dessinées dont nous vous recommandons vivement la lecture, tome 1 & 2), le reportage bref produit par César Hildebrandt Chavez intitulé « La escuela del silencio » (« L’école du silence »: https://www.youtube.com/watch?v=wBG3jUvTMCs ) a été le détonateur pour écrire cet article .
Image associée
Expliquant la discrimination de genre et la profonde inégalité qui en découle dès la petite enfance, et surtout dans les milieux ruraux du pays: les trois zones les plus touchées sont la périphérie de Lima, l’Ucayali et la région d’Ayacucho; le documentaire montre la réalité des fillettes et des femmes de nos jours.
Résultat de recherche d'images pour "mapa de peru"
Outre l’impact ressenti devant les statistiques catastrophiques données par le reportage (selon une étude de 2012): 87% des victimes de violences familiales et sexuelles sont des femmes; 77% d’entre elles sont des mineures de moins de 18 ans; 12% des jeunes filles entre 15 et 19 ans se retrouvent enceintes, et ce pourcentage atteint les 19% dans les milieux ruraux… l’impact visuel de ce documentaire nous a fait porter un regard différent sur ce pays que nous aimons tant.
Résultat de recherche d'images pour "la escuela del silencio"
Quand je parle d’ « impact visuel », je me réfère plus particulièrement aux conditions des vies des « cholas », à leurs tenues magnifiques mais qui dans le contexte d’une école misogyne et où le machisme est intériorisé depuis fort longtemps semble les desservir et paradoxalement leur faire de l’ombre… (Cf. le tout dernier article de la saga http://sirenas-incaicas.com/index.php/2018/11/22/opi-x-peru-shade10-suzi-will-quechua-later/)
Ces tenues ancestrales, pleine de folklore et de broderies semblent pareilles à un carcan de traditions poussiéreuses qui renforcent le décalage, l’anachronisme même des conditions de vie des petites péruviennes. Quand les petits garçons ont le droit de jouer, de faire du sport, de se dépenser, de courir, de se placer au centre de la salle de classe, elles demeurent sur les côtés, reléguées à l’infériorité que leur confère leur sexe, et totalement mutiques, comme si leur voix était coincée au plus profond de leur être et n’avait ni le droit ni la place de s’exprimer. Il en est de même pour les activités intellectuelles, le reportage montre que même certains professeurs privilégient la lecture aux garçons et laissent les filles se charger des repas mais aussi du nettoyage des salles de classe, le balai étant forcément un attribut féminin!!!
Quel terrible constat que celui-là: la société péruvienne est encore, à bien des égards, patriarcale, machiste, inégale et injuste envers les femmes qui subissent cet état de faits depuis des siècles et des siècles. Mais ce n’est pas une fatalité et à l’heure où de plus en plus de marches, de manifestations, de luttes prennent vie en faveur de la pleine réalisation de la femme dans la société afin de la libérer de ses entraves, l’espoir ouvre la voie, au-delà des frontières. A ce sujet, nous vous renvoyons à la lecture de notre article sur la marque Amapolay, où le vêtement est revisité et devient moyen d’expression subversif, militant et engagé: http://sirenas-incaicas.com/index.php/2017/03/05/mode-made-in-peru-visions-hallucinantes-du-streetwear/
Résultat de recherche d'images pour "amapolay"
Résultat de recherche d'images pour "amapolay"
Nous sommes conscientes qu’il ne suffit pas d’un article pour remédier à des phénomènes d’une si grande envergure, mais par le biais de ces quelques lignes, nous voulions réaffirmer notre lucidité et notre considération sur les batailles, nombreuses, qu’il reste à mener.
Résultat de recherche d'images pour "derecho de la mujer"

2 réactions au sujet de « Du vernis à ongle au coup de poing: las Sirenas Incaicas vous parlent de la lutte contre l’inégalité des femmes »

    1. Merci beaucoup Kanga, nous sommes ravies de te compter parmi nos lectrices et nos rares commentaires! Cet article est une manière de conclure notre saga « OPI x Pérou » qui dépeint tout notre émerveillement pour ce pays et sa culture immense, hélas la condition des femmes là-bas est encore un rude combat à mener…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *