[views]
OPI X PERU #8 « GRANDMA KISSED A GAUCHO »

OPI X PERU #8 « GRANDMA KISSED A GAUCHO »

Pour cette nuance au mauve intense, l’envie nous prend de vous raconter une histoire, de laisser la parole à cette « Grandma » qui aurait un jour croisé le chemin d’un gaucho et qu’un baiser aurait uni à jamais pour de nombreuses aventures à travers le mythique Pérou…

C’est en ouvrant une vielle malle, au milieu d’un tas d’objets poussiéreux, que nous redécouvrons ces quelques clichés pris lors d’une « cabalgata » (« chevauchée ») au Sud de Lima, vers Lurin et près du site de Pachacamac où deux amazones chevauchent fièrement leurs montures (des magnifiques « caballos de paso peruano » réputés dans tout le pays) nommées respectivement Conquistador et Poeta (et ça, ce n’est pas de la fiction!!)

Si le Pérou est réellement notre terre de cocagne, c’est parce que tous nos rêves y ont pris une part de réalité là-bas. Cette chevauchée entre sœurs a été une véritable récompense dans notre voyage, un moment en suspension dans le temps où nous avions l’impression de devenir les héroïnes d’un western plein de rebondissements (clin d’œil d’ailleurs au film « Bandidas » sorti en 2006 avec le duo de choc Pénélope Cruz et Salma Hayek).

Qui étaient-elles? Pourquoi étaient-elles recherchées? C’est ce que se demandait le cœur d’Elvira, maintenant âgé de 90 ans en retombant sur ces vieilles photos. Ce qui était sûr, c’est qu’elle l’avait aimé, lui, le Gaucho, il y a bien longtemps…

Cette nuance de mauve, cette couleur envoûtante et nostalgique renferme les secrets d’une jolie histoire d’amour, d’un foulard offert, d’un parfum laissé en plein désert, au XIXe siècle, quelque part au Pérou où tout avait commencé…

Nous n’avons pas quitté nos montures trois heures durant, et nous avons pu traverser des rivières, un désert de dunes au galop sur un rythme effréné, jusqu’au point d’orgue de la balade pour des Sirenas Incaicas: face à la mer, sur la plage, admirant l’horizon sans fin.  Un grand sentiment de liberté s’est emparé de nous, et mêlé à cet accomplissement intérieur d’être exactement ce qu’on a envie d’être, au moment où on le souhaite.

 

A Cuzco, Grandma a retrouvé son cher gaucho, qui lui a laissé des chevaux et son lasso!!!

Non loin de Sacsahayhuaman jusqu’au Temple de la Lune, nous avons entrepris une autre chevauchée, très différente et cette fois avec Monica, sous le soleil des Andes. Notre guide était un enfant de trois ans, aussi à l’aise que ce gaucho séducteur qui a charmé Grandma. Son nom était Javier, et il montait à cheval (et non à poney!!!) comme s’il était né dessus! Entre ciel bleu azuré, rayons dorés, paysages grandeur nature et ruines incas, nous avons trotté puis galopé, libres telles les esprits du vent et l’atmosphère se remplissait alors de ce violet incaïque.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *