[views]
OPI X PERU SHADE #4 « MY SOLAR CLOCK IS TICKING »

OPI X PERU SHADE #4 « MY SOLAR CLOCK IS TICKING »

Le Pérou, pays du soleil? Il ne peut en être autrement, le Pérou est bien le royaume d’El Inti (le « Dieu Soleil » en quechua) et là-bas, on est bien à l’heure de l’astre diurne…

Après avoir profité des couchers de soleil sur l’océan Pacifique, en me promenant sur la jetée dans les quartiers de Miraflores et de Barranco, à Lima, où la lumière se confond avec l’horizon et jette dans nos yeux éblouis des étincelles dorées, « My solar clock is ticking » m’évoque (Kyralina) mon second voyage « seule » dans les Andes…

Le corail  de « My solar clock is ticking » est pareil à un spondyle, soit un coquillage très particulier emblématique de la culture sous l’ère inca (ce coquillage possédait d’ailleurs plus de valeur que l’or dans les échanges économiques!), cette couleur indéfinie et intense qui mélange en son cœur le rose et le rouge dans un alliage subtil était celle de la pierre qu’un habile orfèvre de Pisac avait remplacé sur ma bague, toute une histoire! Je vous la raconte! Monica et moi étions de retour dans la Vallée Sacrée (en novembre 2016) et j’ai eu un coup de cœur pour une bague, heureuse de pouvoir me l’offrir, je ne l’ai pas quittée du voyage, mes deux jours seulement après, voilà que je perds une des pierres centrales :S, j’étais tellement déçue! Alors Moni, qui a toujours une solution à tout, me propose de retourner à Pisac dans la bijouterie en question pour procéder à un échange ou la faire réparer. La bague qu’ils m’ont proposé à la bijouterie ne me plaisait pas autant, j’ai donc gardé la mienne, même avec une pierre manquante. Et là, en continuant à marcher et à longer les bijouteries du centre-ville, nous entrons dans une arrière-boutique où deux jeunes hommes s’affairent au milieu de gemmes splendides. Deivid, avec qui nous avons sympathisé a réparé ma bague en un clin d’œil et avec une dextérité incroyable, il m’a proposé de remplacer la pierre par un petit morceau de spondyle, presque de la même couleur, un corail qui me réchauffait sur le champ! J’adorais encore plus mon petit bijou de fortune après cet épisode amical et si agréable.

Ce deuxième voyage dans les Andes a été riche en moments de complicité, ce qui m’a aidé à dépasser le manque de ne pas être avec ma moitié, Olyanna n’étant pas du voyage cette année-là…

Nous avons réalisé un très beau périple: Lima-Huancayo-Huancavélica-Ayacucho-Andahuaylas-Cuzco-Puno-Arequipa-Lima…

Mercredi 2 novembre: On arrive à Huancayo un peu avant 6h, le car a bien roulé et Oltursa est une compagnie recommandable pour voyager à travers le Pérou. Le terminal se situe en dehors du centre de Huancayo, le ciel est d’un bleu intense, et le soleil point déjà fièrement à l’horizon. On ressent déjà que l’air a changé, qu’il n’est pas le même qu’à Lima…

On prend un taxi pour aller au Parc de l’identité Huanca, dont l’entrée est gratuite. Le parc nous ravit, tout y est subtilement travaillé et sculpté de petits galets pour figurer l’âme de l’identité Huanca: fiers cholos aux chapeaux et joyeuses cholas en jupe (cholos et cholas désignent les autochtones des plateaux andins) jonchent le parc paisible et vraiment charmant, avec ses petits ponts, ses petites cabanes et ses places circulaires où l’on rencontre des dessins (que ce soit le thème astral ou des rosaces et des fleurs). Petite pause gourmande en face du parc: maté de coca (notre boisson fétiche lorsque l’on doit surmonter le mal d’altitude « sorroche ») et « queque » (cake).

 

La couleur de #My solar clock is ticking parsème notre parcours à l’heure où les rayons du soleil viennent zébrer les murs antiques, c’est même la couleur dominante du magnifique Monastère de Santa Catalina dans la ville d’Arequipa; ce monastère gigantesque est comme une ville dans la ville, tout y est empreint de traces du passé, dans certaines pièces, on se croirait même dans un décors de western, l’enceinte est jonchée de fleurs,  au milieu des fontaines et des petites ruelles, comme un oasis dans la province sèche d’Arequipa où trône el Mitsi, volcan millénaire.

Cette nuance me donne envie de vous parler de certains moments, ces moments précis où le soleil était à son zénith, comme lorsque nous sommes arrivées dans la contrée de Puno, non loin du si fameux lac Titicaca. Nous nous sommes rendues sur un site archéologique un peu moins connu, du nom de Sillustani, endroit magique où l’on peut admirer des chulpas, c’est-à-dire des monuments funéraires réservés aux dignitaires incas qui ressemblent à des tours. Cet endroit confère un sentiment de paix, de sérénité inouï face aux vigognes sauvages et à la beauté du paysage, presque vierge de toute modernité. Après avoir marché de longues heures dans la nature, nous nous sommes accordées une pause photo où nous avons pu attraper le soleil au vol! C’était incroyable!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *