[views]
Une petite sirène inca à l’ambassade d’Argentine!

Une petite sirène inca à l’ambassade d’Argentine!

Lundi 28 novembre 2016, Invitation à la soirée Laïta avec concert de Natalia Doco et Ignacio Gomez à l’Ambassade d’Argentine, Paris, XVIème, avec Enora!

NB: C’est votre première visite? N’oubliez pas d’aller lire notre A PROPOS pour en savoir plus sur l’identité de Sirenas Incaicas.

      Quel plaisir de retrouver Laïta dans un tel contexte! Avec mon amie Enora, nous arrivons directement de mon travail jusqu’à l’Ambassade d’Argentine, magnifique bâtiment et tapis rouge de rigueur! Nous sommes émerveillées par l’architecture grandiose (des escaliers aux plafonds à moulures figurant des animaux, des scènes toutes différentes…) et agréablement surprises par le monde et l’ambiance conviviale régnant dans la soirée! Verre de vin à la main (Malbec, vin argentin s’il vous plaît!) et mon sublime « Aires de la Nubes » fièrement arboré, on se sent tout de suite bien! On parvient à saluer Luli et Arnaud, rayonnants et très sollicités, sourires au rendez-vous!

          D’abord, Monsieur l’Ambassadeur fait un discours pour présenter Laïta et dire l’honneur que la marque rend à ses deux pays de création: l’Argentine et la France, par la transmission de l’artisanat et la passion de ce jeune couple discret mais si talentueux. Puis, sacrée coïncidence! Mon amie Enora reconnaît la chanteuse Natalia Doco! C’est drôle car j’avais gardé son nom en tête mais à aucun moment ne l’ai dit à Enora et c’est elle qui l’a reconnu! Accompagnée de son amoureux, un des chanteurs du duo français Fréro De la Vega, ce couple atypique à l’air tellement sympa et intéressant. Je ne la connaissais pas avant cette soirée mais après l’avoir écouté une première fois, j’ai immédiatement voulu en écrire quelque chose.En fait, c’était bien elle, la chanteuse qui avait fait les bandes-son des webs-séries de Laïta que j’aime suivre avec attention! Une toute petite jeune femme mais à la beauté typée et au charisme inoubliable. Une longue chevelure toute lisse, une peau ambrée, un regard profond, une bouche carmin et un look de là-bas. C’est surtout quand elle s’est mise à chanter avec sa guitare qu’elle a littéralement envoûté la salle!

20161128_204622

      J’ai eu un « coup de foudre » artistique! Ses musiques et chansons de « La llorona » à « Ojos azules », j’ai bien vu que Luli, (la créatrice de Laïta), était émue et profondément ailleurs et moi dont! J’ai presque eu la larme à l’œil en écoutant « Ojos azules » et son air typiquement andin. Je n’y peux rien; avec Kyra, dès qu’on entend le moindre rythme des Andes, cela transperce nos cœurs et nous émeut aux larmes car c’est à la fois complètement nous et complètement ailleurs, des souvenirs aussi… Mais Natalia Doco, aussi petite soit-elle, naturelle et authentique, avec ce côté à la fois un peu farouche et très chaleureux qui la rend unique m’est vraiment apparue telle une petite sirène inca- à la voix puissante et sublime. Parée de jolies boucles d’oreilles artisanales, de ses longs cheveux et de ses nombreux tatouages mystérieux, elle nous a fait plonger dans son univers porteno et amérindien, elle a suspendu le temps pour quelques instants, laissant des horizons se dessiner dans nos yeux.
       Quant au musicien et chanteur qui l’accompagnait, le jeune Ignacio Gomez, c’était une véritable réussite de les voir chanter ensemble avec Natalia Doco, mais aussi seul où la timidité a fait place à la cadence rythmée des musiques populaires argentines! Il jouait de plusieurs instruments et avait une belle voix qui s’accordait bien avec celle de la chanteuse.

       Cette soirée était un réel moment de partage et de découverte autour de Laïta et de la musique, de l’Argentine aux multiples facettes. Avec ce concert et les sacs de Luli et Arnaud  superbement présentés, c’est l’Argentine dans son versant un peu plus amérindien et contemporain qui s’est laissée approchée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *